Carnet de Compostelle -1- Comment on y vient

Je ne suis pas catholique. Et jamais il ne me serait venue l’idée de faire un pèlerinage. D’ailleurs je n’ai du pèlerin que sa crédenciale et le chemin suivi.
Ou peut être est-ce ce que je pensais.
L’aventure a commencé un an plus tôt quand mon père parlait de ce chemin d’ une façon de plus en plus déterminée.
En septembre, il se lançait dans un périple de 51 jours pour rejoindre Hendaye en partant de Nice. Et cette marche l’a transformé. Il ne vivait plus que pour marcher, ne parlait plus que de cette expérience et ne souhaitait que repartir.
Lors de son absence je lui envoyais quasiment chaque matin un message d’ encouragement, une pensée, un baiser.
Cette absence a contribué à nous rapprocher en quelque sorte.
A son retour je lui ai reproché d’être parti si longtemps, si loin de sa famille et d’être de nouveau prêt à tout quitter, du jour au lendemain s’il le fallait.
Cette obnubilation m’intriguait et je lui ai proposé de le suivre 1 semaine, 1 mois pour voir ce qu’il en était réellement, quelle était cette jouissance qui lui apportait une seconde jeunesse et l’enivrait au point d’esquiver le reste.

Calendrier des vacances scolaires, disponibilités, point météo se sont croisés pour tomber d’accord sur les vacances de Pâques.
Mon père m’a a proposé un chemin distinct de Compostelle, a pris mon billet d’avion pour Nice, et puis je ne me suis occupée de rien.
Deux semaines avant je découvre mes dates de vacances, je pars 12 jours sur 14 loin de chez moi, loin de ma famille, celle qui vie sous mon toit.
Cette absence doublée de l’impossibilité de préparer sérieusement la période scolaire à venir m’embête.
Soudain, j’aimerai rester chez moi. Me poser, respirer.
Prendre le temps de dormir, prendre le temps de me coudre des vêtements, d’honorer des commandes et de préparer le cadeau de baptême d’Elisa.
Prendre le temps d’être avec Robin ou d’avoir Junko sur les genoux sans la virer pour travailler avec mon ordinateur et mes livres de classe.
Mais non.
Le lundi midi Robin me conduit à l’aéroport. Je conduis, en fait, et au bout de 25 minutes je suis à Orly. Mon avion doit décoller deux heures trente plus tard. Mais ça c’ était sans compter sur easyjet qui annonce deux heures de retard à patienter dans l’ avion.

Arrivée à Nice. Nous sommes lundi. Départ prévu mercredi.
J’apprends finalement qu’on marchera sur le chemin de Compostelle. Robin le savait mais moi je ne m’étais absolument pas préoccupée de quoi que ce soit, sauf peut être des distances et de ce que je prendrai dans mon sac à dos.

20140423-213419.jpg

Publicités

4 réflexions sur “Carnet de Compostelle -1- Comment on y vient

  1. J’en ai fait trois petites étapes en Espagne pendant les vacances de Pâques 2012. Les vacances les moins chères vu que j’habitais une ville par laquelle passait le camino francés. Et franchement, ces trois petits jours m’ont donné l’envie d’arriver un jour jusqu’à Compostelle… Il parait que le camino, on le commence, on le finit et on le recommence. Les mordus sont nombreux 😉 . Ah, et pareil que toi, je ne suis pas du tout catholique, ce n’était pas du tout ma démarche…

    • Mon père va faire la partie espagnole en septembre. Il n’est en réalité jamais tout à fait revenu de son voyage. Je pense que Compostelle s’intègre à la vie de la personne qui fait le chemin, ça devient un idéal de vie. J’en ai partagé un petit bout et c’est effectivement bien agréable !

  2. Hello Lili,
    Je viens de lire tes 3 derniers articles d’une traite, quelle aventure !
    Je pense que parfois faire ce genre de voyage où on laisse tout derrière soi, doit être un soulagement immense. Se vider complètement la tête, vivre le moment présent, se retrouver, ça doit vraiment faire du bien !
    Gros bisous et profite bien ❤

    • C’est effectivement très agréable et ça m’a bien occupée pendant les vacances. A présent j’ai quand même besoin de repos. Le repos mental c’est bien, mais la fatigue physique s’est accumulée pendant ce temps là 🙂
      Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s