Carnet de compostelle -6- : Mi parcours !

Enfin c’est ce que je pensais, car je découvre ce jour qu’on a en réalité 7 jours de marche (et mon père ne cesse de répéter que c’est un périple de 5 jours, déciment le calendrier et nous ça fait 3 ! Heureusement que ma mère est là.)

Nous partons tôt, il est 8h35 quand nous quittons l’abbaye, le temps de se mettre en route, 10 minutes sont passées, et il nous reste encore 2.6km à pied sur la même route un peu dangereuse d’hier pour rejoindre Aspremont.

Pas d’impératif d’horaire pour ce soir, nous allons à Vence chez un couple de particulier. C’est vendredi saint. La femme ira participer aux festivités l’après midi, son mari le soir, il y aura donc toujours quelqu’un pour nous accueillir.

Le chemin descend, encore et encore. Je profite d’être au milieu de la civilisation pour regarder les voitures qui passent. Pour une fois j’y trouve un intérêt. Robin est en pleine recherche et m’a parlé hier d’une Suzuki Swift. Pour la 1ère fois, j’en croise 4 ou 5 en à peine une heure. On entre finalement sur un sentier, sous nos pieds des centaines de pétales colorés, et autour de nous des fleurs. On se croirait à un mariage, je ne dis rien, mais ma mère pensant à la même chose me le fait remarquer.

On arrive bientôt à Carros, le trafic est dense, la zone industrielle et le var ne sont pas un paysage attrayant. Pourtant je le connais bien, on passe toujours là quand on va faire du ski à Valberg.

Je trouve un passage piéton pour traverser le cour d’eau. J’essaye de me focaliser au loin car je ne suis pas à l’aise. j’ai toujours peur qu’une plaque métallique cède et que je tombe dans l’eau. (Moi qui adore me baigner, c’est un peu ridicule non?)

Mon père lance l’idée de s’acheter notre déjeuner chez Mac-do, c’est vrai qu’il est en face, et même froid, ça reste un super pique nique. Mais qui dit Mac-do, dit attente… il vaut mieux laisser cette idée pour plus tard. On s’arrête donc à Liddle, faire quelques emplettes.

Le pique-nique est ROYAL, c’est le terme… Après une nouvelle ascension, on aperçoit bien loin la forme d’un château. Je suis la seule à le voir tel quel d’aussi loin (j’ai une très bonne vue) mais plus on se rapproche, moins il y a de doute. On espère que le chemin nous y fera passer, et effectivement on passe près de la chappelle San Peïre, et le château se trouve juste derrière.

Il appartient à la fille de Viviane Romance. Le site est propre, on peut se poser par terre, nous ne sommes pas à l’ombre, la vue est belle. C’est un endroit agréable pour s’arrêter. J’en profite pour retirer mes chaussures, je n’en peux plus.

Si je ne me suis pas plaint du trajet, sur cette 3e étape, les courbatures sont bien présentes. Mais surtout, j’ai mal aux pieds. Les deux premiers jours c’était le pied gauche, là, c’est le pied droit qui me lance. Sans parler de l’amortis, j’ai beau avoir de bonnes chaussures de randonnée (North Face), j’ai l’impression d’avoir une semelle aussi fine que dans mes ballerines. L’alternation des différents types de sol: béton, cailloux, chemin, … y est pour beaucoup. D’ailleurs une semaine après mes chaussures ne sont pas usées, preuve d’une certaine qualité.

Après une bonne heure de pause, nous repartons, on alterne ville et sentier, on passe même devant un refuge pour chat  je rêve d’aller y faire un tour.

L’omniprésence de mon chat au quotidien, contre ces quelques jours déjà passés sans cette compagnie, je suis en manque. Ça et mon caractère à la Brigitte Bardot, je serai bien capable de repartir avec un chat dans les bras.

On ne s’arrête donc pas, et nous continuons. Vence approche, il reste encore une descente et une belle remontée et le centre de Vence s’offre à nous.

Parmi les belles découvertes du jour, j’ai oublié de vous parler de ce tombeau Romain. Il était encastré dans un mur, il a été trouvé chez les propriétaires de la maison, et surement laissé là, pour l’histoire de la maison, mais aussi pour les passants.

Le centre de Vence est mignon, j’ai envie de déambuler dans les rues, de flâner. Je trouve même 3 boutiques pour me plaire: l’une de jolie vaisselle, l’autre de jolis tissus, et Bensimon (qui vend des chaussures en Liberty).

Mais avec mon sac sur le dos, je ne me vois pas entrer dans des boutiques. Je ne me vois pas non plus ramener du tissu et le porter pendant encore 4 jours. On repart donc, le gîte est proche.

On arrive assez tôt, aux environs de 17h, on a marché presque 7h30 aujourd’hui et j’ai une très très « belle » ampoule au pied droit.

Le couple est très gentil, l’accueil est chaleureux, et ma chambre individuelle me plaît beaucoup.

Pendant que mes parents vont à l’office, je reste à bidouiller sur le PC un logo pour la crédencial, le dîner est simple mais bien agréable.

Je pars me coucher, je regarde le début de Gatsby le magnifique. Mon Ipad est un luxe sur ce chemin, un luxe qui a un poids, mais c’est une pause bien agréable le soir.

 

B03996Profile

 

Source

Etape du jour: 20 km + 2.6 pour rejoindre Aspremont le matin, et peut être un peu plus pour aller à notre gîte.

IMG_4983 IMG_4984 IMG_4985 IMG_4988 IMG_4992 IMG_4994 IMG_5001

Capture plein écran 29042014 140831

Nous sommes partis de l’étoile au dessus de Tourrette Levens, et arrivés donc à Vence.

Prochaine étape Roquefort les Pins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s